Ciné-club de la Maison de la Laïcité

Un film par mois pour un "laï-ciné" qui rappelle les valeurs de la laïcité :
respect, tolérance et questionnement.

"Antoinette dans les cévennes" de Caroline Vignal
27 juin - 17h


Murmurer à l'oreille d'un âne

Depuis des mois, Antoinette attend l’été et la promesse d’une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir - seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l'accompagner dans son singulier périple.

Véritable ode à la marche, à la rencontre, à l’écoute de l’autre, Antoinette dans les Cévennes est aussi un film qui prend le temps de rendre ses personnages attachants. Et Laure Calamy offre sans nul doute une fraîcheur et une force à ce personnage de femme en partie blessée.
De situations cocasses en moments plus poétiques, le film parvient à trouver son équilibre, sans jamais nous dire où il va. Il y a une véritable émotion qui naît et qui se détache de l’artificiel. Si des phrases aussi banales sont prononcées que « ce n’est pas le but qui compte, mais le chemin », ici ces mots prennent tout leur sens.
Bande annonce

Réalisation : Caroline Vignal
Distribution : Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côte
France, 2020
Durée : 1h37

Date : 13/06/2021 à 17h
Prix : 5,00 €
Infos : 085/31 47 33 – 
hombleu_collings@outlook.be

En partenariat avec le Centre culturel d’Amay


"Gloria Mundi" de Robert Déguidian
05 septembre - 17h


Radical et bouleversant

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria.
Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie… 
En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider.

C’est peut-être l’un des films les plus directs, condensés et rageurs de la filmographie de Robert Guédiguian. Entouré de la plupart de ses compagnons de cinéma, il raconte une famille recomposée aux prises avec la violence sociale du monde d’aujourd’hui. Une tragédie sombre et puissante qui a valu à Ariane Ascaride le prix d’interprétation à Venise.
Bande annonce

Réalisation : Robert Déguidian
Distribution : Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan
France, 2019
Durée : 1h47
Date : 05/09/2021 à 17h
Infos : 085/31 47 33 – hombleu_collings@outlook.be

En partenariat avec le Centre culturel d’Amay


"Tous les chats sont gris" de Savina Dellicour
26 septembre - 17h


Dans le cadre de la Fête du cinéma belge en Fédération Wallonie-Bruxelles,
nous vous invitons gratuitement à venir (re)découvrir une pépite belge.

Œdipe mène l’enquête

Dorothy est une ado d’un quartier huppé de la capitale où elle ne manque de rien. Pourtant, elle est mal dans sa peau, rongée par le secret cadenassé autour de sa naissance. Rien ne filtre mais la tension est palpable dans sa relation avec sa mère. Comme le sujet est tabou, Dorothy nourrit l’idée d’enquêter avec l’aide d’un professionnel, un détective privé rencontré fortuitement. Enfin pas tant que cela car l’homme rôdait autour d’elle. Dorothy l’ignore mais cet individu est son père biologique, lequel est réduit à devoir observer son enfant à distance pour ne pas se faire repérer par la mère.

Au-delà d’un récit qui tient la route jusqu’à sa poignante conclusion, la réalisatrice Savina Dellicour construit un vrai suspense dramatique. Et en toile de fond, elle décrit avec une grande justesse le choc social de deux mondes : celui de Paul (Bouli Lanners bouleversant), modeste et simple et celui, austère et hypocrite, de la mère de Dorothy (Anne Coesens, Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle).
Voilà une belle réussite qui redonne des couleurs au cinéma belge francophone.

Bande annonce

Réalisation : Savina Dellicour
Distribution : Bouli Lanners, Manon Capelle, Anne Coesens
Belgique, 2016
Durée : 1h27
Date : 26/09/2021 à 17h
Prix : gratuit

Infos : 085/31 47 33 – hombleu_collings@outlook.be

En partenariat avec le Centre culturel d’Amay


"Yalda, la nuit du pardon" de Massoud Bakhshi 
10 octobre- 17h


Quand la téléréalité se substitue à la justice


Iran, de nos jours. Maryam, 22 ans, tue accidentellement son mari Nasser, 65 ans. Elle est condamnée à mort. Sa seule chance de ne pas être exécutée est d’obtenir le pardon de la fille de la victime, son ancienne amie Mona. Cette grâce (ou pas) sera annoncée en direct sur le plateau d’une émission de téléréalité, ‘La joie du pardon’, diffusée à l’occasion de Yalda, la fête du solstice d’hiver. Selon la loi et la religion iraniennes, le parent d’une victime peut en effet exiger la condamnation d’un meurtrier, ou au contraire lui accorder son pardon…

Inspiré d’une émission iranienne dans laquelle un présentateur essaie d'obtenir en direct le pardon de familles de victimes, Massoud Bakhshi révèle un aspect effrayant de la "justice" iranienne, vitrine d'une société excessivement archaïque. Étonnante variation sur « Douze Hommes en colère » à l'époque de « The Voice », ce mélodrame à suspense captivant offre de superbes rôles aux deux actrices principales.
Bande annonce

Réalisation : Massoud Bakhshi
Distribution : Sadaf Asgari, Behnaz Jafari, Babak Karimi
Iran, 2019
Durée : 1h29
Date : 10/10/2021 à 17h
Infos : 085/31 47 33 – hombleu_collings@outlook.be

En partenariat avec le Centre culturel d’Amay


Page 2 sur 4