Foire du livre d'occasion
24 octobre de 10h à 17h

En réponse à Charles Dantzig qui publie "Pourquoi lire ?",
Frederic Beigbeder livre ce qui le pousse à la lecture

Je lis parce que la vie ne me suffit pas (comme disait Pessoa).

Je lis pour m'empêcher de dire des bêtises aux femmes.
Je lis pour ne pas regarder Secret Story.
Je lis pour être ailleurs.
Je lis pour devenir toi.
Je lis parce que c'est la seule activité au monde qui permette d'être à la fois seul et accompagné.
Je lis pour déménager dans la tête de Montaigne.
Je lis pour que Flaubert me parle de la mélancolie des paquebots.
Je lis comme Gide écrit Paludes : pour que d'autres m'expliquent pourquoi je lis.
Voilà : je lis pour que Montaigne, Flaubert et Gide m'apprennent qui je suis.
Je lis parce que c'est une chance d'avoir des interlocuteurs aussi âgés : Montaigne 477 ans, Flaubert 189 ans, Gide 141 ans.
Je lis pour écouter les morts.
Je lis pour que Frédéric Berthet me dise ceci : "J'ai des souvenirs comme un défilé de mode, une mémoire comme un soir de cocktail, je n'évolue jamais dans ma chronologie sans avoir un verre à la main. Se souvenir, c'est comme sortir."
Je lis pour que Berthet m'explique pourquoi je fais la fête.
Je lis pour sortir, sans sortir.
Mais je lis aussi pour entendre des vivants.
Je lis pour que Pierre Ducrozet commence son premier roman par ces deux phrases : "J'en étais alors à me regarder pousser les cheveux. Le soleil commençait à m'emmerder sérieusement, et la pluie aussi."
Je lis parce que Mathieu Terence défend le mot "pénombre".
Je lis parce que Mathieu Terence, comme Charles Dantzig, comme Sartre avec Les mots, a lui aussi ressenti le besoin de bâtir son panthéon de lecteur, parce que des mecs de trente ou quarante ans continuent de croire que lire mérite le détour en 2010, et que ce choix bizarre est un choix de résistant.
Je lis pour ne pas vieillir.
Je lis pour échapper à la société autant qu'à moi-même.
Je lis pour être libre.
Je lis pour ne pas être dérangé.
Je lis pour ne pas répondre au téléphone.
Je lis pour ne plus être ici mais là-bas.
Je lis sans raison.
Je lis pour lire.

Date : 24 octobre de 10h à 17h
Lieu : gymnase communal d'Amay (1 rue de l'Hôpital)
Prix : entrée gratuite
Infos : 085/31 24 46 - info@ccamay.be

PrécédentPage 1 sur 3